06 septembre 2020

L’ONU obligée d’admettre que le vaccin financé par les Gates est à l’origine d’une épidémie de polio en Afrique


Des responsables de la santé administrent le vaccin contre la polio à des enfants dans le camp de réfugiés de Maiduguri, au Nigeria, le 28 août 2016 (AP Photo/Sunday Alamba)

Ce devrait être l’un des plus grands scandales en matière de santé publique, mais il n’a pas reçu beaucoup d’attention – principalement en raison de la nature très médiatisée des personnes et des organisations impliquées.
Les Nations unies ont été obligées d’admettre qu’une initiative internationale majeure en matière de vaccins est en fait à l’origine de l’apparition de la maladie qu’elle était censée éradiquer.

Alors que des organisations internationales comme l’Organisation mondiale de la santé (OMS) se vantent régulièrement d’avoir soi-disant « éradiqué la polio » grâce aux vaccins, il semble que ce soit le contraire qui se produise. Leur campagne de plusieurs décennies visant à éradiquer la polio tue aujourd’hui des dizaines de jeunes innocents vivant dans les pays pauvres.

Il semble maintenant que les responsables de la santé commencent à admettre que leur plan pour mettre fin à la polio « sauvage » se retourne contre eux, car de nombreux enfants sont paralysés par une souche mortelle de l’agent pathogène dérivé d’un vaccin actif, ce qui provoque la propagation d’une polio virulente.
Cette dernière pandémie d’origine pharmaceutique a éclaté dans les pays africains du Tchad et du Soudan, et le coupable a été identifié : un virus de la polio de type 2 dérivé d’un vaccin. Les autorités craignent désormais que cette nouvelle souche dangereuse ne « saute les continents » et ne provoque d’autres épidémies mortelles dans le monde entier.
Aussi choquant que cela puisse paraître, cette débâcle de Big Pharma n’est pas nouvelle. Après avoir dépensé quelque 16 milliards de dollars sur 30 ans pour éradiquer la polio, les organismes de santé internationaux ont « accidentellement » réintroduit la maladie au Pakistan, en Afghanistan et en Iran, la région d’Asie centrale ayant été frappée par une souche virulente de polio engendrée par le vaccin distribué par les entreprises pharmaceutiques. De plus, en 2019, le gouvernement éthiopien a ordonné la destruction de 57 000 flacons de vaccin oral contre la polio de type 2 (mOPV2) à la suite d’une épidémie similaire de polio provoquée par le vaccin.

Il est important de noter que le vaccin oral contre la polio est distribué à la population africaine par l’Initiative mondiale pour l’éradication de la polio (GPEI), un consortium qui est soutenu et financé par la Fondation Bill & Melinda Gates.
Tout cela devrait être une source d’inquiétude, surtout avec les gouvernements occidentaux et le géant pharmaceutique transnational qui se précipitent tous pour déployer leur nouveau vaccin expérimental contre le coronavirus financé par la Fondation Gates pour la population mondiale.
Actuellement, le premier vaccin expérimental contre le COVID-19 est testé sur la population africaine par le biais de l’Alliance GAVI pour les vaccins, une autre organisation financée par la Fondation Gates. Une vaste série d’essais sur l’homme aura lieu en Afrique du Sud, sous la direction locale de l’université du Witwatersrand à Johannesbourg, mais aussi d’une autre institution financée par la Fondation Gates.
Cette dernière révélation africaine devrait inciter les médias et les défenseurs de la santé à poser des questions difficiles sur l’efficacité et la sécurité du vaccin « miracle » contre le COVID, dont on parle beaucoup.

Reportage de l’Associated Press

Selon l’Organisation mondiale de la santé, une nouvelle flambée de polio au Soudan est liée à une épidémie déclenchée par un vaccin au Tchad – une semaine après que l’agence sanitaire des Nations unies ait déclaré que le continent africain était exempt du virus sauvage de la polio.
Dans un communiqué publié cette semaine, l’OMS a déclaré que deux enfants soudanais – l’un de l’État du Darfour Sud et l’autre de l’État de Gedarif, près de la frontière avec l’Éthiopie et l’Érythrée – ont été paralysés en mars et avril. Tous deux avaient été récemment vaccinés contre la polio. L’OMS a déclaré que les premières enquêtes sur l’épidémie montrent que les cas sont liés à une épidémie actuelle due à un vaccin au Tchad, qui a été détectée pour la première fois l’année dernière et qui se propage maintenant au Tchad et au Cameroun.
« Il y a une diffusion locale au Soudan et un partage continu de la transmission avec le Tchad », a déclaré l’agence des Nations unies, ajoutant que le séquençage génétique a confirmé de nombreuses introductions du virus au Soudan en provenance du Tchad.
L’OMS a déclaré qu’elle avait trouvé 11 cas supplémentaires de polio dérivés de vaccins au Soudan et que le virus avait également été identifié dans des échantillons environnementaux. Il y a généralement beaucoup plus de cas non signalés pour chaque patient dont la polio a été confirmée. Cette maladie hautement infectieuse peut se propager rapidement dans l’eau contaminée et frappe le plus souvent les enfants de moins de 5 ans.
Dans de rares cas, le virus de la polio contenu dans le vaccin oral peut muter en une forme capable de déclencher de nouvelles épidémies.
La semaine dernière, l’OMS et ses partenaires ont déclaré que le continent africain était exempt du virus sauvage de la polio, qualifiant cette journée « d’incroyable et d’émouvante ».

 

Lundi, l’OMS a averti que le risque de propagation de la polio dérivée du vaccin à travers l’Afrique centrale et la Corne de l’Afrique était « élevé », notant les mouvements de population à grande échelle dans la région.
Plus d’une douzaine de pays africains luttent actuellement contre des épidémies de polio causées par le virus, dont l’Angola, le Congo, le Nigeria et la Zambie.
Dans le contexte de la pandémie de coronavirus, de nombreuses campagnes de vaccination à grande échelle nécessaires pour éradiquer la polio ont été interrompues… 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.