05 avril 2013

Le courage


« La sainteté originelle qui est encore en nous, projette toujours un petit reflet d'une des vertus originelles. Le désir de l'homme d'être un sage ou un saint, d'être noble ou spirituel, est une aspiration à la possession des vertus originelles.

Nous pouvons, en tant que chercheurs spirituels, avoir une aversion pour nous-mêmes, du fait que nous savons que les péchés capitaux demeurent en nous - ouvertement ou bien en secret.

Ils ont pris possession de nos pensées et de nos émotions, et ils sont les accompagnateurs vigilants de notre volonté et de notre activité.

Tout ce que nous faisons d'une manière cachée, ou bien ouvertement, pour notre propre intérêt, est le résultat des péchés capitaux.

Même l'intérêt personnel inconscient démontre la présence d'un péché capital. Presque tous les hommes vivent instinctivement et inconsciemment d’une possibilité spirituelle, ils sont ainsi les porteurs volontaires de l'impie ou d'un péché capital.

Dès que le mal devient excessif, on peut dire qu'il est devenu satanisme ou méchanceté, et donc : un péché capital.

Lucifer - le Fils de la lumière jaloux - devenu une personnalité légendaire, fut le fauteur des péchés capitaux. Il les possède tous, tout comme chaque fils de la lumière tombé en est porteur, et aussi tout comme la nature en est infectée.

Avant que Lucifer ne ce soit révolté - ou avant que l’âme ne descende dans le chaos - elle était porteuse des sept vertus originelles qui, après la Chute, dégénérèrent en sept péchés capitaux.

Dans la nature et dans l'homme, on peut reconnaître le reflet d'une des vertus originelles. Toutes les vertus en sont une faible et imparfaite imitation. Commençons par la première vertu originelle : le courage. Nous pouvons remarquer qu’elle est présente dans le printemps.

La colère est un péché capital - le courage est une vertu originelle. Le courage avec lequel la jeune plante lutte pour traverser la terre est unique.

Le courage avec lequel le bébé passe par le dur processus de la naissance, est lui aussi unique. Dans la nature, cette action inconsciente n'est qu'un reflet du courage originel.

Le courage est une flamme lumineuse et constante, ainsi que le sont également toutes les vertus originelles. Le Fils de la lumière est couronné par l'auréole des sept flammes - les sept vertus originelles. Le courage ne connaît pas d'obstacle ; traduit littéralement, il signifie : fermeté face aux difficultés.

Par ce courage, on peut conclure que l'homme était une unité en soi à l'origine, et qu'il ne possédait pas de points faibles, pas de failles ou les flèches de l'ennemi auraient pu le toucher.

L'homme ordinaire pense que la témérité, la force de volonté et la dureté sont semblables au courage - mais en vérité, un homme clément ou religieux peut tout aussi être très courageux.

Le courage, en tant que vertu originelle, chasse toute forme de crainte. Il y a alors une certitude intérieure qui donne un courage céleste.

La colère, en tant que péché capital, face au courage, semble inspirer les actes courageux, mais ce n'est qu'une apparence.

La colère est une passion, alors que le courage est une force intérieure qui est toujours présente, qui est toujours stable et identique à elle-même.

Le courage se démontre sous de nombreux aspects : dans la clémence, dans la patience, dans la tolérance, dans la hardiesse, dans la sagesse.

Bref, dans toutes les vertus originelles on trouve une base de courage.

C'est pour cette raison que j'ai dit que celui qui peut réveiller l'une des vertus originelles, pourra être assuré que celle-ci sera sa corde de salut pour sortir du puits du chaos.

Dès que la colère ou la paresse, l'envie ou l’avidité, l'avarice, l'orgueil ou la volupté règnent dans l'homme, le courage disparaît.

Chaque péché capital attaque la vertu originelle. Et parce que les sept vertus originelles sont en vérité une unité, tout comme les sept péchés capitaux le sont également, la présence de l'une ou l'autre est bénéfique ou bien funeste.
Chaque vertu originelle prépare le chemin pour ses compagnes - chaque péché capital est le guide pour ses acolytes !

L'homme qui veut posséder la clémence, devra posséder le courage de la confrontation avec ses ennemis, ses obstacles, ses adversaires. La clémence connaît le courage.

La crainte est inconnue, même si l'on ne possède qu'une seule vertu originelle ! Chaque vertu originelle chasse la crainte, parce que toutes se fondent sur une certitude intérieure.

Lorsque Michel triomphe du Dragon aux sept têtes, il le fait sur la base d'une vertu originelle : le courage qui lui donne la certitude et la hardiesse, l'intelligence et la concentration, le désintéressement de la noblesse intérieure ».

Henk LEENE « Les Sept Sceaux »

http://www.priceminister.com/offer/buy/622645/Leene-Henk-Les-Sept-Sceaux-Livre.html

Vieux Jade

6 commentaires:

  1. Très beau et très juste... Après avoir vagabondé ici et là dans ma recherche spirituelle et m'être abreuvé à différentes sources de sagesse... J'ai compris que la quintessence de la vie mystique se résume à cela...

    Notre chemin toujours navigue entre deux eaux; Les vertus et les vices... La tiédeur cependant, qui n'a pas le courage d'emprunter ni l'une ni l'autre voie, tient bien évidemment de la seconde...

    Longtemps je me suis questionné à savoir ce que pouvait bien vouloir dire le premier commandement; Aimer Dieu de tout son coeur et de toutes ses forces... Hoin! Euh! Ouf! J'ai finalement compris que c'était les qualités lumineuses de ce qu'on appelle les vertus que l'on devait apprendre à désirer ardemment du fond du coeur pour devenir tel... En elles seulement réside la beauté du monde et de Dieu... Aspirer à devenir vertueux, c'est rejeter du coup toutes les bassesses et tout ce qui fait de l'homme un être vil et perverse...

    Encore que... comme dans toutes formes d'arts et plus particulièrement dans le chant, pour ne donner qu'un exemple, nous pouvons apprendre à chanter juste et poutant ne pas être en contact avec notre âme profonde...

    Les vertus résident dans le coeur spirituel qui lui siège dans le coeur émotionnel...

    C'est pourquoi les sages de tout temps conseillent l'abandon de l'intellect pour se recentrer sur le coeur... Libérer la source en se con-centrant sur la bonté inné qui si trouve...

    Cherchez l'étincelle merveilleuse, elle est là endormie... Libérer le trésor... Prenez votre courage à deux mains et ôtez tous les voiles qui la recouvre...

    L'aspiration à devenir un être plus Noble et plus Vertueux s'y trouve enfouis depuis toujours...

    Ce n'est pas l'égo ou le vieux moi qui fait la vertu c'est plutôt la Vertu qui transforme
    l'homme, lui ouvre les yeux et lui apprend à aimer Dieu...

    S.S


    RépondreSupprimer
  2. Le courage c'est la femme qui décide d'avoir un enfant , c'est la femme ou l'homme qui se sacrifie pour sa famille , c'est luter quand même dans un combat perdu d'avance , c'est tout supporter ou presque pour quelqu'un , ou une idée , pour autre chose que pour soi même sans forcément en attendre de récompense.


    L'ours

    RépondreSupprimer
  3. @ L'ours;

    Tout ce que tu dis vient de l'instinct, les animaux n'en font-ils pas autant et on ne peut les qualifier de courageux...

    Le vrai courage, qui est une force de l'esprit, consiste au contraire bien souvent à aller contre notre nature instinctive...

    S.S

    RépondreSupprimer
  4. Texte vraiment magnifique. ça donne du courage^^, nous qui allons en avoir besoin bientôt, Tout ce jouera sur le courage et l'espérance ( qui vont de pair)

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour,

    On mesure la force et la beauté d'une oeuvre à ce qu'elle allume en soi. Que ce soit un tableau, une musique ou un texte, après l'avoir lu, vu ou écouté, on se sent meilleur, joyeux, affermi. Cet extrait est un exemple de justesse.

    Le courage est paisible et confiant, il décille les yeux à la façon d'un devoir de très vieille mémoire. Et c'est le coeur qui parle.

    Merci
    Edouard

    RépondreSupprimer