03 février 2020

Infection à pneumocoque à Marseille : “On ne veut pas mourir pour aller travailler”


Les salariés de la réparation naval travaillant sur les formes 8 et 9 du Grand Port Maritime de Marseille (GPMM) ont fait valoir leur droit de retrait après l'annonce de plusieurs cas d'infection à pneumocoque chez des employés d'un chantier de rénovation du Norwegian Spirit, un navire de croisière, en forme 10.

"On a appris qu'il y avait 44 cas, dont deux sous assistance respiratoire, raconte Daniel Tartaroli, délégué syndical CGT réparation navale joint par téléphone.


"L'ARS (Agence régionale de santé) nous a dit qu'avec du savon et des masques, on pouvait aller travailler, mais on a exercé un droit de retrait pour arrêter les flux entre les sites pour pas propager cette maladie", ajoute-t-il.

Les salariés continuent de travail dans leurs ateliers mais refusent les échanges de matériel et de personnels avec la forme 10 où des cas ont été détectés.
 
Risque de contagion important

Selon l'Agence régionale de santé Paca 13 personnes sont infectées. L'ARS a ordonné la vaccination en urgence lundi de 4 000 personnes. Il s'agit des "travailleurs détachés tous logés dans deux navires-hôtels à proximité", selon la CGT.

"Ils ne sont pas confinés, constate le délégué syndical, ils peuvent sortir dans un bar, aller acheter leurs cigarettes et contaminer les gens aussi".

"Ils vont les vacciner parce qu'un navire rentre demain en arrêt technique en forme 8 et 9 et qu'ils envisagent de faire travailler pas mal de sous-traitants de la forme 10 sur ce bateau. Mais même s'ils sont vaccinés, ils peuvent être contagieux pendant trois jours" s'inquiète Daniel Tartaroli.

"On va se réunir demain en section syndicale pour rencontrer la direction et les représentants de l'Etat" annonce le délégué CGT. "Nous voulons juste travailler en sécurité, tant qu'on aura pas de garanties, on n'ira plus là-bas et ils ne viendront plus chez nous".

On veut des garanties totales, on ne veut pas mourir pour aller travailler.

Suspision de Coronavirus

Dans un premier temps, une suspicion du Coronavirus avait créé un mouvement de panique sur le chantier du "Norwegian Spirit", rapportait le lemarin.ouest-france le 30 janvier.

Le bateau de croisière de la compagnie Norwegian Cruise Line s'offre une modernisation complète chez Chantier naval de Marseille à la forme 10 à l'Estaque, la troisième plus grande au monde. Le chantier est prévu jusqu'au 11 février.

Des symptômes pulmonaires et ORL

Cette épidémie par pneumocoque est prise très au sérieux. Le risque de contagion est très important. La transmission entre individus se fait par un contact direct et étroit avec une personne infectée ou porteuse, par exemple par la toux ou des éternuements.

La bactérie en cause est le Streptococcus pneumoniae. Ces pneumocoques présentent une grande diversité. Les symptômes peuvent être pulmonaires ou ORL : insuffisance respiratoire aigüe, sinusite, otite.Dans les formes invasives de l'infection il peut s'agir de méningite et de bactériémie. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.