09 février 2014

Démocratie : Les Suisses votent oui à la limitation de « l'immigration de masse »

Les électeurs suisses se sont prononcés dimanche en faveur de la « fin de l'immigration de masse » à une très courte majorité (50,3 %), selon les résultats officiels annoncés en fin d'après-midi. Cette proposition du parti de droite populiste UDC visait à instaurer des quotas à l'immigration et renégocier la libre circulation avec l'Union européenne, ce qui risque de tendre les relations avec les voisins européens de la Suisse.

Le taux de participation a été particulièrement élevé, atteignant 56,5 %, soit beaucoup plus que la moyenne de 44 % habituellement enregistrée en Suisse, preuve que le sujet a suscité beaucoup d'intérêt de la part des électeurs.

Le gouvernement suisse a annoncé son intention de mettre en œuvre « rapidement et de manière conséquente » le texte du référendum, a déclaré la ministre suisse de la justice Simonetta Sommaruga.

Le texte présenté par l'UDC, majoritaire au Parlement, a recueilli à la fois une majorité des cantons et des votants, condition nécessaire à son approbation. Et ce, malgré l'opposition du gouvernement, de la plupart des partis politiques et du patronat.

Lire notre décryptage : Votation suisse anti-immigration, mode d'emploi

UNE « REMISE À PLAT » DES RELATIONS AVEC L'EUROPE

Pour le politologue genevois Pascal Sciarini, les relations entre la Suisse et l'UE risquent désormais d'être complètement remises à plat, provoquant le « chaos ». Ce petit pays alpin, peuplé de huit millions d'habitants, ne fait en effet pas partie de l'Union européenne, alors qu'il est cerné par ses pays membres. Liée à cette dernière par des accords bilatéraux âprement négociés pendant cinq ans, la Suisse a accepté d'ouvrir son marché du travail aux 240 millions d'actifs de l'UE.

Au moment de l'entrée en vigueur de la libre circulation, qui s'est faite progressivement depuis 2002, les autorités avaient indiqué qu'il n'y aurait que 8 000 nouveaux arrivants par an au maximum. En fait, la Suisse avec son insolente bonne santé économique qui tranche avec la crise dans la zone euro, en accueille bon an mal an 80 000 sur son marché du travail, un chiffre qui provoque la colère de l'UDC. Depuis la signature des accords avec l'UE, la part des étrangers dans le pays est passée de 20 % à 23,5 %.

La Suisse va donc rétablir des quotas et des contingents, en fonction de ses besoins, pour les immigrés. Un système avec lequel elle a vécu avant les accords bilatéraux avec l'UE et qui se traduit par beaucoup de tracasseries administratives, fustigées par les employeurs.

Bruxelles a d'ores et déjà indiqué que si la Suisse mettait fin à l'accord de libre circulation, tous les autres accords liant Berne à l'UE seraient dénoncés ipso facto. Les partisans du oui, l'UDC en tête, répliquaient en disant qu'il s'agit d'une question de souveraineté nationale, et que le pays ne doit pas se plier au « diktat » européen.

Source

1 commentaire:

  1. L'UDC, dont l'initiative constitutionnelle vient d'être approuvé par le peuple a 26% des député à la chambre basse (Conseil National) et 5 députés sur 46 à la chambre haute (Conseil des états). Ils est donc loin de la majorité.
    http://www.politik-stat.ch/nrw2011CH_fr.html
    http://www.politik-stat.ch/srw2011CH_fr.html

    Si la France accueillait autant d'étranger en une année que la Suisse, cela ferait 800.000.
    Le problème ne vient pas des gens qualifiés mais de ceux qui ne le sont pas et qui cassent les salaires et les prix notamment dans le domaine de la construction. Nombreux sont ceux qui commentent des infractions (70% de la population carcérales est étrangère). Ils exercent également une pression sur les assurances sociales et l'assistance publique.

    Une rétorsion forte de l'UE reviendrait à tomber le masque. Ces gens là avancent masqué. Ils vont continuer.



    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.