29 mai 2020

Le conseil de l’ordre appelle les avocats à ne pas installer l'application espionne « StopCovid »


Lors de sa séance du 26 mai 2020, le conseil de l’ordre du barreau de Paris a adopté une délibération alertant sur « les risques d’atteinte aux droits et libertés fondamentaux pour tout utilisateur de l’application StopCovid ». Il déclare partager les inquiétudes de la Commission nationale consultative des droits de l’Homme qui estime, dans ses avis du 28 avril et du 26 mai 2020, que le suivi numérique des personnes présente notamment un risque d’atteinte à la vie privée « pour une efficacité incertaine » et craint qu’il « ne favorise à l’avenir l’usage de ce même type de technologie à d’autres fins » que celles de santé publique. Le conseil de l’ordre « invite donc les avocats parisiens à ne pas installer cette application et à limiter l’usage de la fonction Bluetooth aux seules applications professionnelles présentant des niveaux de sécurité satisfaisante ». Il les appelle également « à la plus grande vigilance sur l’utilisation de cette application sur leurs smartphones personnels ».

Société de surveillance. À noter que dans une motion adoptée le 15 mai 2020, l’assemblée générale du Conseil national des barreaux s’était, de son côté, inquiétée que « les mesures de traçage numérique et de limitation des libertés personnelles soient fondées sur un consentement apparent lié aux incertitudes et à l’accroissement de la peur de l’épidémie » et s’était alarmé « que le dispositif présente un risque grave de dérives vers une société de surveillance ».

Laurence Garnerie

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.